Loading...

Bolsena: La Fête-Dieu, les tapis de fleurs.

Le jour de la Fête-Dieu Bolsena se caractérise par la réalisation de tapis de fleurs.

Les origines de cette tradition se perdent dans la nuit des temps. Pure et simple décoration ou message esthétique, ces compositions de pétales de fleurs sont un hommage que la ville du miracle rend à la procession eucharistique qui s’y déroule chaque année.
L’infiorata s’étend le long d’un parcours de presque trois kilomètres. On emploie pour la réaliser des fleurs des champs et des jardins. Les couleurs éclatantes des roses, des œillets, des fleurs de lys, des hortensia se mêlent à celles des genêts, des coquelicots et des bleuets, sans oublier les inflorescences des plantes plus humbles : oignons sauvages, acacias, châtaigniers, roseaux palustres. Cet assemblage d’exubérantes associations de couleurs est le fruit d’une technique perfectionnée au cours des années.
Les parterres de pétales sont entourés des bordures, réalisées avec de la poudre de bois teinte en noir, qui séparent les différentes couleurs et soulignent l’éclat de ces compositions en leur donnant l’aspect de vitraux historiés.

Tous sont invités à y participer, les sujets des grands tableaux et des tapis décoratifs on été choisis soigneusement pendant les mois précédents ; tout est réalisé et détruit en l’espace d’une journée.
C’est le triomphe de l’éphémère : hommage d’aujourd’hui au miracle d’autrefois.

 

Les Tapis de fleurs à Bolsena 2013. Année du Jubilé extraordinaire et 750e anniversaire du Miracle.

Le 2 Juin 2013, la ville de Bolsena a célébré la Fête-Dieu avec un autre miracle: le premier jour de soleil après des mois de pluie a illuminé l’événement. Ce tableau représente justement “Le lac des Miracles”.

Le lac de miracles

“Nombreux sont les histoires, importantes et submergées, représentant le passé du lac de Bolsena, l’épicentre des civilisations profondément enraciné dans les origines et le développement du processus de formation de l’Italie antique. Il faut cependant ajouter que, si aujourd’hui le lac a conservé des vestiges magnifiques de son passé, cela peut dépendre de l’influence bénéfique d’une multitude de figures divines, chrétiennes et pré-chrétiennes, qui ici sont les patrons, de la préhistoire jusqu’au Moyen-Age Christian “(G.Feo – HISTOIRES SUBMERGÉES DU LAC SACRÉ)..
La légende veut que les Étrusques ont migré de la famine qui avait frappé la Lydie, en Asie Mineure vers 1300 a.C. Quand ils ont vu pour la première fois cette vaste étendue d’eau douce, le lac de Bolsena a dû paraître comme un paradis terrestre aux navigateurs épuisés. N’est pas surprenant que ils ont mis le lac au centre de leur culte, la discipline étrusque et c’est là quelque part sur ses rives que le rassemblement des douze peuples a eu lieu chaque année, le mystérieux Fanum Voltumnae dont l’emplacement exact est encore entourée de mystère .
(http://cameraetruscablog.com/2012/01/17/lake-bolsena/)

La figure ailée illustre une Lasa , cette petite divinité étrusque à partir de laquelle la religion chrétienne semble avoir tiré l’image de l’Ange Gardien: confluence du mysticisme étrusque dans le Christianisme. La libellule est un symbole de l’ éphémère tapis de fleurs.